Retour sur le Continent
  

Retour sur le Continent






, France
le 22/07/2017

 

23 juillet, réserve Naturelle de Scandola.

24 juillet, Calvi, Bastia, Paris

Ce lieu mérite vraiment son classement Patrimoine Mondial de l'Unesco. Mouvement extraordinaire de la terre et des éruptions volcaniques, le site offre de multiples visions du mariage réussi  entre terre et mer. Concrétions, strates et formes de toutes sortes s'offrent au visiteur. On ne l'aborde que par la mer , ce qui en fait sa préservation totale. Quelques nids d'aigles trônent sur les pointes des rochers, des grottes où autrefois les phoques se réfugiaient se cachent entre les anfractuosités, mince filet de pierre burinée par les siècles.
J'observe nos réactions auprès de mes semblables : prise de photos en rafales, expressions d'admiration, chacun cherche sa part d'extase délivrée par cette force de la nature qui se livre à nous.
J'ai pratiqué une forme de diète conversatile ( inventons des mots si l'Académie Française ne s'offusque pas ouvertement !) qui permets de laisser libre cours à ses pensées, sans être dévié par les distractions qu'engendre nécessairement une conversation. Les mots ne sont que leur traduction littérale . Leurs conséquences, même avec une langue extrêmement riche, peuvent être lourdes de sens, ou de contre sens . Autrement dit, et on le constate bien avec ce jeu qui consiste à donner une phrase à son voisin et de la faire passer ainsi aux autres, que nos paroles peuvent s'envoler vers des destinations qui prêtent à multiples interprétations , pour peu qu'on se passe le mot  ou la phrase à plusieurs. Même en faisant acte d'effort, tout se pétrit, se contredit, se malforme, et vous vous retrouvez faire dire ce que vous n'avez justement pas voulu exprimer. Et je comprends  donc le voeu de silence qui oeuvre dans les monastères et abbayes. Pour être en  état de recevoir cette foi que chacun cherche à sa manière, il me parait salvateur qu'à un moment ou un autre, la parole s'éteigne. Ce n'est qu'après ce lent et long chemin d'abstinence qu'émerge une croyance ou une force qui vient du plus profond de son être. C'est lorsque l'on est face à soi même, et ce, dans le plus simple dépouillement, que l'on peut découvrir cette subtile sensation d'avoir percé un léger secret : subsiste en nous un être, ou une âme, ou comme disent les indiens, l'Atma, qui vit à chaque seconde et reste immuable.      

Calvi Bastia

Voilà une fin de voyage qui s'annonce. Comme Toujours , l'avion est le moyen le plus rapide pour aller d'un coin proche à un coin très éloigné, à condition d'oublier le temps que vous passez à rejoindre l'aéroport, voire le déroutage de votre avion vers Bastia en raison des forts vents sur Calvi, du temps d'enregistrement ( prévoir cinq heures avant), des correspondances qu'il vous faut avaler et des multiples labyrinthes qui jalonnent la bonne sortie. Après cela, vous arriverez plus ou moins stressé, fatigué et vous aurez presque oublié les merveilleuses vacances que vous venez de passer.

J'ai annulé mon voyage en Californie en raison de la multiplication d'incertitudes qui se faisaient jour avant  mon départ. Météo très incertaine avec beaucoup de neige sur mon parcours prévu. Situation complètement anormale en cette saison. Plusieurs accidents sur le sentier Pacific Crest Trail : une randonneuse emportée par un torrent, un autre sous une avalanche, et beaucoup de trekkeurs se déroutant pour éviter mon parcours prévu. Partant en autonomie complète, j'ai déjà affronté ces conditions de traversée de torrents dans le Yukon où notamment sur plus d'un kilomètre, je traversais les multiples  bras du ruisseau. J'ai posé à un moment le pieds dans un trou d'eau et failli me faire emporter. Au mieux, on perds son sac, au pire, on vous retrouve quelques kilomètres plus loin complètement disloqué.
Voilà comment j'ai pris cette décision, en toute connaissance de cause et devant trop  d'incertitudes.
Maintenant, si je m'évoque les éventualités de continuités de tels voyages, je sens physiquement les limites déjà atteintes. La pénibilité subie sur le GR 20 me rappelle ces grands parcours dans les territoires du Nord Ouest Canadien où j'ai poussé mes limites de résistance et d'endurance à un niveau élevé. Cela représente un challenge, une avancée sur soi même et des capacités révélées. L'aboutissement de ces expériences et leurs bilans un réel enrichissement personnel. 
Aujourd'hui, continuer sur le même fil me semble moins motivant, fort des inconvénients que je connais par coeur ( organisation, matériel, préparation physique et psychologique ) et d'une relative usure normale du corps. Savoir l'écouter et en prendre soin pour l'avenir, voilà aussi ce qui compte dans ma réflexion.
Chaque étape de notre existence se frappe d'un sceau qui nous est propre et personnel. Savoir les reconnaître, s'en nourrir, puis comprendre qu'il va nous falloir les laisser sur le bord de la route et poursuivre plus loin. Ne pas s'attacher à ce qui nous a porté depuis de longues années demande une forme de sacrifice sur le moment. Mais une fois dépassé, le cap s'oriente vers d'autres horizons et laisse ouvert la voie à des milliers d'autres paysages.
Ainsi va la vie. Nous nous sommes enrichis d’abord, nous avons plante? pendant des anne?es, mais viennent les anne?es ou? le temps de?fait ce travail et de?boise. Les camarades, un a? un, nous retirent leur ombre. Et a? nos deuils se me?le de?sormais le regret secret de vieillir."
Antoine de Saint Exupéry
Terre des Hommes

 

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en France